Après la thèse

Après la thèse, plusieurs voies d'insertion professionnelle sont possibles.

Un jeune docteur peut devenir :

  • ATER (Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche), pendant une durée d'un à trois ans (http://www.education.gouv.fr/cid1217/les-attaches-temporaires.html);
  • Ingénieur Recherche (IGR);
  • Post doctorant, en France ou à l'étranger;
  • Maître de Conférences (MCF), après avoir été qualifié et avoir obtenu un poste dans le supérieur;
  • Entrepreneur. (à compléter)

Pour être qualifié, il est nécessaire de s'inscrire sur le site Galaxie (https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/candidats.html) afin de constituer un dossier qui sera évalué par deux rapporteurs désignés au sein de la section pour laquelle on postule. Le site (http://www.cpcnu.fr/listes-des-sections-cnu) du Conseil National des Universités (CNU) répertorie les sections du CNU.

C'est également sur le site Galaxie que s'effectuent les candidatures aux postes de maîtres de conférences et d'ATER. Toutefois, certaines universités ne publient les postes d'ATER que sur leur site internet ; c'est le cas de l'université de Bretagne Occidentale, par exemple.

Il existe des sites qui répertorient des appels d'offre de post doctorats, de postes dans le supérieur, qui sont spécialement destinés aux jeunes chercheurs, comme celui de l'Association Bernard Grégroy (http://www.intelliagence.fr/).

Le site de l'université Rennes 2 propose aussi un éventail du devenir des jeunes docteurs : http://www.univ-rennes2.fr/direction-recherche-valorisation/apres-these.